Quelles sont tes chances de pouvoir devenir infirmier-ère au Québec

Le Québec pour les infirmiers-ères Français reste une destination toujours très convoitée, mais à l’heure actuelle, il y a davantage de demandes que d’offres. La raison principale c’est que faire venir un-e infirmier-ère Français-e coûte bien trop cher, tu te doutes bien que pour eux débourser 1000$ (plus ou moins) pour t’obtenir un permis de travail temporaire, te payer pendant les 4 mois et demi que dure ton stage (en plus de l’infirmière qui te suit pendant ces 4 mois et demi) pour te voir te casser au bout d’un an s’ils ont de la chance ou te voir échouer à ton stage ça ne les enchante plus trop (et ça se comprend)… Peut être qu’il y a d’autres raisons au fait qu’ils n’embauchent plus, mais celle-ci semble la plus évidente.

Beaucoup sont ceux qui arrivent ici en pensant que tout va être facile et se plantent durant le stage (manque de chance, manque d’investissement personnel, manque d’expérience, adaptation et/ou intégration difficile, bref, les raisons sont multiples et variées) alors ils ne veulent plus vraiment prendre de risques.

Mais malgré tout, nombreux sont ceux qui veulent quand même tenter leur chance au Québec et y partir pour travailler comme infirmier-ère, alors je vais t’aider ici à savoir quelles sont tes chances de pouvoir devenir infirmier-ère au Québec dans le contexte actuel (ça changera peut être d’ici un an ou deux va savoir).

Tu N’as Aucune Chance Si :

  • Tu n’as pas déjà un permis de travail (PVT ou PTO) ou une résidence permanente (Oublie le PTT, ils ne le financent plus)

  • Tu as fait exclusivement du bloc opératoire ou de la salle de réveil et que tu n’as pas fait 6 mois minimum en chirurgie ou médecine (ils ne prennent plus le risque de former ce genre de profil (même s’ils recherchent beaucoup d’infirmiers au bloc et en salle de réveil) parce qu’ils ont peur de les voir échouer durant le stage (qui se fait obligatoirement en médecine ou en chirurgie))

  • Tu ne comptes pas rester au même endroit plus de 2 ans (ils ne vont pas former quelqu’un pour qu’il parte 6 mois plus tard, aucun intérêt pour eux)

  • Tu ne t’es pas renseigné avant sur les conditions de travail (oui parce que c’est bien beau de vouloir venir travailler au Québec, mais il faut se tenir au courant un minimum, ce n’est pas toujours facile de travailler ici (travailler de soir, à temps partiel…))

  • Tu n’as pas préparé ton entretien d’embauche comme il faut (oublie l’entretien d’embauche français, ici ils te posent entre autres des questions de cas concrets, surprenant si tu ne t’es pas préparé avant) Je vous mets le lien ici de mon premier entretien avec RSQ (ça marche exactement pareil si tu passes un entretien avec un hôpital directement)

Tu As Presque Une Chance Si :

  • Tu as déjà validé ton stage d’intégration

  • Ou que tu as un permis de travail ET que tu trouves un hôpital d’accord pour te financer ton stage mais attention, c’est loin d’être gagné (rares sont les hôpitaux actuellement qui acceptent de le financer mais si tu as déjà un permis de travail en ta possession et que tu réussis l’entretien d’embauche tu as une chance, et dans la mesure où tu ne corresponds pas aux critères cités plus haut bien sûr)

  • Tu es quelqu’un qui s’investi et qui est persévérant (parce qu’il va en falloir de la persévérance ainsi que de la patiente)

  • Tu es intéressé pour travailler avec les enfants (Il semblerait que Sainte Justine embauche toujours et finance encore des PTT, mais c’est à vérifier)

  • Ca ne te dérange pas de devenir CEPI (C’est quelqu’un que je connais qui m’en a parlé, je ne connais pas du tout la démarche à suivre, pour se faire je vous conseille de chercher de votre côté et éventuellement contacter l’OIIQ pour plus d’informations)

Tu As Une Chance Si :

  • Tu as validé ton stage ET que tu as un permis de travail d’une durée minimale de 2 ans (dans la mesure où tu réussis ton entretien d’embauche évidemment…)

Voilà, j’espère que ça vous aidera à comprendre et à vous situer en évaluant vos chances auprès des hôpitaux Québécois, qui malheureusement sont très minimes à l’heure actuelle…

4 Comments

  1. Audrey

    Bonjour, quand tu parles des permis de travail, tu parles du PVT et PTO, mais pas du permis Jeunes Professionnels. Est-ce-que les employeurs acceptent de fonctionner avec ce permis? C’est payant pour eux mais moins que le PTT. Merci beaucoup

  2. Bonsoir je suis africaine vivant en côte d ivoire je suis en 1 ere année à l école des infirmiers est ce que j’ai une chance de pouvoir travailler un jour la bas je souhait un jour aller la bas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *