Qualités pour être infirmière au Québec

Je n’aborderais pas les qualités pour être une bonne infirmière, vous savez, ce genre de question que l’on nous pose lorsque l’on passe le concours pour entrer à l’IFSI 🙂 Ici, c’est plutôt les « qualités » nécessaires pour partir et s’intégrer auprès de ses collègues, d’après mon expérience (donc, ca n’est pas forcément vrai pour d’autres…)

Volonté, Patience & Persévérance

Le chemin peut être long entre la décision de partir et le moment où vous commencerez à travailler au Québec, et c’est encore plus vrai ces derniers temps, le recrutement des Français étant  devenue plus limitée (mais pas impossible justement avec de la persévérance). Il va vous falloir énormément de patience et de persévérance pour déjouer les obstacles et mener votre projet à bien sans baisser les bras.

Être dégourdi et non pas assisté

Et non, être dégourdi ce n’est pas être capable d’envoyer un message à quelqu’un qui est déjà parti (et donc a déjà fait toutes les étapes) pour lui demander à ce qu’il vous mâche le travail et vous dise de A à Z ce qu’il faut faire. Premièrement parce que chaque projet de vie est différent et les raisons du départ également mais aussi parce que ça prouve aussi que vous n’avez pas spécialement envie de vous creuser la tête et que vous allez à la facilité (oui, prendre des conseils auprès de personnes ayant vécu la même expérience est un bon point, mais lui demander de tout faire à votre place non, si lui a réussi, vous aussi). Deuxièmement parce qu’on ne se donne pas tous le même temps pour réussir, certains veulent partir en 1 an, d’autres se disent qu’ils peuvent bien patienter 2 ou 3 ans, de ce fait, le choix du permis de travail peut changer.
Et puis aussi, le fait de ne pas être assisté, vous force à vous préparer et donc d’être moins pris au dépourvu à votre arrivée au Québec et donc éviter au mieux de louper votre immigration, mais également à vous préparer pour votre intégration dans votre nouvel hôpital.

Capacité & Rapidité D’adaptation

L’une des qualités les plus essentielles à mon avis, parce que sans ça, il y a peu de chance pour vous de réussir votre stage et de vous épanouir dans votre nouvel environnement, mais également mettre toutes les chances de votre côté pour être accepté par vos collègues et vous intégrer.

Rigueur

Que ce soit avant de partir (pour ne rien oublier dans les démarches), ou une fois sur place, la rigueur est elle aussi une qualité essentielle. Il faudra en user durant votre stage d’intégration, afin de répondre aux attentes de votre précepteur et du conseiller en soins infirmiers (CSI) qui s’occupe des nouveaux embauchés. De plus, il faut s’imposer une certaine rigueur pour s’adapter rapidement.

Humilité & Éviter De Comparer

Ce n’est pas parce que vous êtes Français, que vous êtes mieux que les Québécois et certains pourraient ne pas se gêner pour vous le rappeler « ici c’est le Québec pas la France ». Vous serez tentés, et c’est normal, de tout comparer à la France « en France on fait comme ci, en France on fait comme ça », rien ne vous empêche de le faire (c’est normal, vous avez vécu toute votre vie en France et vous ne connaissez presque que ça) mais sans être condescendant.

Être Appliqué & Impliqué

C’est vrai tout le temps dans le métier, mais encore plus durant le stage d’intégration. C’est primordial si vous voulez faire bon effet et surtout le valider et obtenir votre permis définitif.

Être Courageux

Je ne vous apprends rien, il faut être courageux pour oser tout plaquer en France, quitter sa famille (et/ou ses amis) quand il y a lieu et recommencer au Québec. Ça ne sera pas tous les jours faciles et il faut le savoir, l’herbe n’est pas forcément plus verte qu’en France.

Être Disponible

Travailler au Québec c’est être disponible sur 3 quarts de travail, JOUR – SOIR – NUIT, sachant que celui de JOUR est presque totalement inaccessible (sauf sur un horaire à rotation). C’est encore plus vrai si par chance vous êtes embauché au CHUM à Montréal.

Être Organisé

La routine est quelque peu différente de ce que l’on connait en France, et même si l’organisation est essentielle en France aussi, au Québec on ne peut en faire abstraction. La charge de travail en terme de nombre de patients est certes moins importante, en revanche, la paperasse occupant bien 75% du temps je dirais, il faut vraiment bien organiser sa journée de travail pour ne pas se retrouver débordé et finir plus tard.

Honnêteté & Bonne Foi

Ici, ils comptent beaucoup sur la bonne foi même pour le passage à la douane vous verrez (mentez-leur, ou prenez-les une fois pur des cons et vous verrez, ils ne vous louperont pas la prochaine fois). Il est donc important d’être honnête avec vos collègues et vos supérieurs pour qu’une relation de confiance s’installe.

Être Pondéré

Ça rejoint un peu ce que je disais plus haut, le fait de ne pas toujours tout ramener à vous et tout comparer. Vous êtes au Québec, vous faîtes comme au Québec. Également, pondérez votre caractère de français râleur. On est râleurs, c’est un fait, tout le monde le sait, mais pas besoin de le montrer avec vos collègues et de vous plaindre pour tout et pour rien, vous verrez, ce n’est pas forcément dans leurs habitudes, de plus, ils n’aiment pas trop les conflits.

 

 

 

2 Comments

  1. Baobab

    Bonjour , je ne suis peut être pas dans le bon article mais j’ai un petite question. Je travailles depuis un peu plus d’un an en réanimation et je n’ai toujours pas eu l’honneur d’être invité par RSQ pour un recrutement. J’ai l’occasion de prendre un poste en psychiatrie mais je me demande si cela ne risque pas de me fermer des portes au Québec ?
    Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *